• L'alambic

    Le mot alambic vient de l'arabe al 'inbïq, lui-même emprunté au grec tardif ambix (= vase). L'alambic fut d'abord utilisé pour fabriquer des eaux florales, des huiles essentielles ou des médicaments, avant de permettre la production d'eaux-de-vie par distillation de jus de fruits fermentés. Le type le plus ancien qui nous soit parvenu date de 3500 av. J.-C. et provient du site mésopotamien de Tepe Gawra au nord de l'Irak. On trouve la plus vieille mention d'un alambic sur une tablette babylonienne en cunéiforme vers 1200 av. J.-C.. Cette tablette mentionne également Tapputi, une parfumeuse babylonienne considérée comme la toute première chimiste. Dans la période récente, Abu Al-Qasim (Aboulcassim) aurait décrit un alambic au XIe siècle et celui ci aurait été inventé par Jâbir ibn Hayyân (ou Geber en latin) aux VIIIe siècle.

    L'alambic

    Généralement l'alambic à double distillation permet de séparer les esters, plus volatils et donnant un mauvais goût, de l'alcool éthylique. Avant l'invention de la double distillation, on parfumait les eaux-de-vie avec diverses substances (genièvre, anis...) à goût fort pour masquer le mauvais goût des esters. D'où la survivance de boissons telles le gin ou les anis. Pratiquer une double distillation se dit « cohober » dans le jargon des liquoristes, et le petit alambic qui y est destiné est appelé « cohobateur ».

    L'alambic


  • Commentaires

    1
    Samedi 16 Juillet 2016 à 14:03

    J'ai eu l'occasion de voir fonctionner un alambic pour l'eau de vie en Sarthe. C'est très intéressant mais je crois que la loi a changé il y a quelques années et il n'est plus possible de faire passer de père en fils. C'était un évènement quand l'alambic arrivait dans une ferme.

      • Dimanche 17 Juillet 2016 à 10:30

        Oui Léa, tu as raison, ce privilège n'est plus transmissible par héritage depuis 1959

        Et s'éteindra donc au décès des derniers détenteurs.

        Depuis 2008, les bouilleurs de cru ne bénéficiant pas du privilège sont taxés à 50 % sur les dix premiers litres d'alcool pur et ensuite à 100 %.

    2
    Dimanche 17 Juillet 2016 à 10:26

    Bonjour Antoine,

    Intéressant article sur l'alambic, je ne connaissais pas du tout.On en apprend tous les jours, c'est bien connu ! Dans ton blog je m'instruis, c'est formidable !

    Bon dimanche, gros bisous de Fernand et moi smile

    Florence  

    3
    Mardi 19 Juillet 2016 à 09:41

    Cela me rappelle aussi une anecdote.

    Mon beau-père voulait absolument que nous ayons un litre d'eau de vie. Il a fallu des ruses de sioux pour en trouver et connaître la bonne personne.

    Nous sommes arrivés dans une maison ou plutôt une chaumière (de mes livres d'histoire) et là un couple très âgé nous a accueilli dans la pièce unique avec cheminée, chaudron sur le feu de bois, grande table et bancs de chaque côté et attrape-mouches pendus aux poutres !

    Conciliabule entre les deux hommes, verres et litre arrivent sur la table et hop une tournée de cidre. En plein après-midi me voilà un verre à la main et observant chacun et chacune, je suis la manoeuvre et goûte le breuvage ! Ouille, le liquide avait du mal à passer mais respectant les lieux et les personnes je ne pipe mot ! Je suis restée stoïque mais c'était infâme ! Voilà une seconde tournée de cidre qui arrive, tout le monde boit tranquillement et papote, du moins les anciens.

    Une fois les nouvelles échangées, la bouteille de cidre vidée, l'objet de la visite est négocié et nous voilà repartis. J'ose enfin parler du cidre et mon beau-père, ma belle-mère, mon mari me disent, unanime "son cidre était tourné" !

    Voilà comment nous avons payé cette fameuse eau de vie de deux verres de cidre pas franchement à recommander

    Cela reste un bon souvenir de mes 20 ans !

    J'aime le cidre et j'en connais un excellent en Normandie !



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :