• Recit "la pomme" à écouter

     

     

    Dans le plus parler accent normand


    3 commentaires
  • Engene Poubelle

    Issu d'une famille bourgeoise caennaise, il fait des études brillantes de droit et obtient un doctorat. Il devient chargé de cours à l'université de Caen, puis de Grenoble et de Toulouse. Adolphe Thiers le nomme préfet de la Charente en avril 1871. Il va alors poursuivre une carrière dans la préfectorale, enchaînant successivement les postes de préfet de l'Isère, de Corse, du Doubs, des Bouches-du-Rhône, puis enfin de la Seine, de 1883 à 1896.

    Le préfet de la Seine était très influent à une époque où la fonction de maire avait été mise entre parenthèses à Paris. Il était notamment chargé de l'administration courante. C'est ainsi qu'il fut amené à prendre les arrêtés du 24 novembre 1883 et du 7 mars 1884 qui obligeaient les propriétaires d'immeubles à mettre à disposition de leurs locataires des récipients communs, munis d'un couvercle et d'une capacité suffisante pour contenir les déchets ménagers. La dimension et même la contenance de ces récipients étaient strictement contrôlées : 40 à 120 litres. L'arrêté prévoit également le tri des déchets : trois boîtes sont obligatoires, une pour les matières putrescibles, une pour les papiers et les chiffons et une dernière pour le verre, la faïence et les coquilles d'huîtres.

    La définition de la « poubelle » fut insérée en 1890 dans le supplément du Grand dictionnaire universel du XIXe siècle.

     

    Eugène Poubelle fut également à l'origine de la mise en route du tout-à-l'égout, concept qui, à la suite de la dernière résurgence du choléra en 1892, gagna la faveur du public. Cela lui permit, en 1894, de faire passer un arrêté imposant aux propriétaires de raccorder leurs immeubles au réseau d'égout et de payer les frais d'exploitation afférents à la collecte de leurs eaux usées.

    En 1896, il fut nommé ambassadeur au Vatican et comte romain en 1898


    3 commentaires
  • Gericault

    Théodore Géricault, né le 26 septembre 1791 à Rouen et mort le 26 janvier 1824 à Paris, est un peintre, sculpteur, dessinateur et lithographe français.

    Théodore Géricault naît dans une famille aisée de Rouen, originaire de la Manche, à Saint-Cyr-du-Bailleul où un lieu-dit du même nom, l’« Hôtel Géricault » existe toujours. Il y reviendra régulièrement pendant de nombreuses années, notamment chez ses cousins à Saint-Georges-de-Rouelley. C’est là qu’il découvre le milieu équestre, future source d’inspiration et qu’il y peint sa première œuvre connue : son autoportrait (1808). De nombreux tableaux du peintre sont restés dans cette famille. Mais une majorité d’entre eux ont été détruits lors des bombardements de 1944. Géricault y a fait également le portrait de son oncle normand, le conventionnel Siméon Bonnesœur-Bourginière (Minneapolis Institute of Arts), et de son cousin Félix Bonne-sœur-Bourginière.

    En 1814, Théodore Géricault s'éprend de sa tante Alexandrine, qui n'a que 6 ans de plus que lui. De cette liaison, qui va durer plusieurs années et qui s’avère désastreuse pour l’artiste, naquit le 21 août 1818 un fils Georges-Hippolyte. Il est déclaré à sa naissance inconnu de père et de la bonne Suzanne. Il est reconnu à la mort de Géricault, par le père de Géricault Georges-Nicolas.

    Sans doute, pour fuir cet amour partagé, Géricault s'engage dans la "Compagnie des mousquetaires gris du Roy" Louis XVIII. Il accompagne le Roi à Gand, pendant les Cent Jours et le retour de Napoléon. Il revient en France fin 1815, caché par son oncle Bonnesoeur-Bouguinière dont il fait alors le portrait.

     

    Gericault

    Un portrait d'enfant. Ici Alfred de Dreux 1816

    Gericault

    Le Portrait équestre du Lieutenant Dieudonné ou l'Officier de chasseurs à cheval de la garde impériale chargeant (1812)

    Gericault

    Un des deux "Cavalier blessé" de 1814

     


    2 commentaires
  • Scénes de rues

     

    La parade du cirque

     

     

     

    Scénes de rues

    Cavalcade

    avec les chars fleuris

     

    Scénes de rues

     

    Procession religieuse

     trés souvent pour le 15 aout ,

    on accrochait des draps blancs aux fenètres

    et des pétales de fleurs  jetés sur la procession

     

    Scénes de rues

     

    Scénes de rues

     

    on se retrouve après la messe

     

     


    3 commentaires
  • Non, pas de chauvinisme.....

    Il y a des fiertés authentiques qui meurent dificilement

    Yves Thériault

     

    Hymne décrivant la Normandie, terre d'exploit et de conquête depuis 911. Rien n'pourra nous arrêter avec Thor à nos côtés ! Nous sommes Normands, fiers et conquérants !


    2 commentaires